LA GALERIE AKIÉ ARICHI & LES ÉDITIONS ARICHI

EXPOSITIONS : DU 10 SEPTEMBRE AU 15 OCTOBRE 2018

peintures et travaux sur papier

cartons d'invitation

* cliquer sur l'image pour l'agrandir

ARTISTE

CLAUDE GESVRET ET HIROYUKI MORIYAMA

DATES DE L'EXPOSITION
DU 10 SEPTEMBRE AU 15 OCTOBRE 2018
DATE DU VERNISSAGE
MERCREDI 12 SEPTEMBRE DE 18H A 20H30
Ouverture dimanche 23 septembre de 12h à 19h
à l'occasion d'"Un Dimanche à la Galerie" organisés par la Mairie et CPGA

Galerie Akié Arichi est heureuse de présenter les œuvres de Claude
Gesvret et d’Hiroyuki Moriyama.
Claude Gesvret est un artiste français, né en Bretagne en 1952. Il est diplômé de l’ENSBA de Paris, titulaire d’un DEA d’arts plastiques de Paris 1, il est également diplômé en psychologie et psychanalyse de Paris VII et Paris VIII. Depuis 1977, il présente ses œuvres dans de nombreuses expositions personnelles et collectives, en France et à l’étranger, (dernière exposition au Musée Olympique de Séoul en 2016). Chez Claude Gesvret l’aboutissement des opérations plastiques, l’achèvement du tableau, coïncident avec l’émergence d’une autonomie de la couleur et de la composition ; un détachement des histoires qu’il se raconte en face d’une image, d’un lieu, d’un paysage. C’est l’instant où la peinture se met à vivre de façon autonome dans le regard du spectateur, indépendamment des choix initiaux qui l’on motivée. Il se crée alors un acte de sublimation dans lequel c’est la spontanéité du coup de pinceau qui permet un accès au désir et au pur plaisir de peindre… Avec cette exposition, la Galerie Akié Arichi rend hommage à la création foisonnante de cet artiste qui y présente une douzaines d’œuvres
Hiroyuki Moriyama est un artiste japonais (1936-2008). Il a vécu en France pendant 45ans. Il a fait
l’ENSBA de Paris. Ses œuvres ont présenté dans de nombreuses collections publiques et privées. Il
a obtenu un Grand prix d’art du 21e siècle au Japon en 1996. La galerie présente ses vingtaines œuvres. - Imprégné de l’esprit bouddhiste, Moriyama apporte une pudique contribution à ce qu’il nommait lui-même la « partition universelle », risquant la réponse picturale d’un esprit créateur confronté au mystère de sa fugace humanité. Vide et Matière, le titre emblématique de l’un de ses
tableaux résume la recherche inlassable d’une inaccessible harmonie, d’un accord si ardemment désiré mais toujours differé entre l’homme et l’univers. Noirs et blancs, les signes se bousculent et soudainement s’ordonnent comme les empreintes d’une vie, dans l’élision d’une fragilité ineffaçable. - extrait du texte de Nicole Ambourg, conservatrice.