LA GALERIE AKIÉ ARICHI & LES ÉDITIONS ARICHI

EXPOSITIONS : 8 décembre 2016 - 21 janvier 2017

cartons d'invitation

* cliquer sur l'image pour l'agrandir

ARTISTE

HARUHIKO SUNAGAWA

DATES DE L'EXPOSITION
8 décembre 2016 - 21 janvier 2017
DATE DU VERNISSAGE
jeudi 8 décembre 2016
L'artiste en présence

La Galerie Akié Arichi est heureuse de présenter les œuvres de Haruhiko SUNAGAWA
né en 1946 au Japon. Il vit en France depuis 1975. Il est diplômé en physique de l'Université des Sciences à Tokyo, mais il a décidé de devenir artiste et est venu à Paris à
l'âge de 25 ans. De 1997 à 2003, il a participé aux Foires de Bâle, ansi qu' à la FIAC avec la Galerie Denise René.

EVIDENCES ENIGMATIQUES
Minimal/maximal : aux yeux de l'esprit, les œuvres de SUNAGAWA oscillent de l'un à l'autre pôle . Assurément, on peut les prendre comme d'inédites concrétisations, et des plus séductrices, de deux orientations fondamentales du génie nippon : celles qui ont mené au jardin zen minimaliste que l'on sait.
Et c'est une façon de symbiose qu'opère SUNAGAWA, quand il apparie dans une même
œuvre le verre et la pierre, l'impérieuse ligne droite (qui n'existe pas dans la nature ) avec de très humbles brindilles de bois... Ou la grille, avec des branches d'arbre... Ou la spirale géométrique avec un peu de sable commun.
Rêverie et calcul dans les dimensions cachées du visible, SUNAGAWA nous propose des œuvres à la fois physiques et métaphysiques. Evidentes et énigmatiques.

JEAN-CLARENCE LAMBERT
Octobre 2016

Haruhiko SUNAGAWA
Né en 1946 à Fukuoka, Japon. Vit et travaille à Paris depuis 1975.
1970 Diplôme de physique de l’Université des Sciences à Tokyo.
1973 Etudes de dessin et peinture au Hammersmith College of Arts
Londres Angleterre.
1991 Lauréat Prix Bourdelle de sculpture à Paris.
Expositions personnelles
1978 Galere KAN, Kyoto
1982 CAC, Lyon
1985 Galerie TSUBAKI, Tokyo
1989 Galerie Franka Berndt Bastille, Paris
1990 3e Nagoya Contemporary Art Fair, Galerie Naito, Nagoya, Japon
1991 Salon « Découvertes » Galerie Franka Berndt Bastille, Paris
1992 FIAC Galerie Franka Berndt Bastille, Paris
1993 Exposition rétrospective, Musée Bourdelle, Paris
1999 Galerie Denise René Espace Marais, Paris
2000 ART ATHENA Foire, Galerie Denise René, Athénes, Grèce
2003 Galerie Denise René, Paris
2006 Galerie La Ligne, Zürich, Suisse
2006 Galerie Denise René, Paris
2011 Galerie SIMONCINI, Luxembourg
2011 Galerie La Ligne, Zürich, Suisse
2013 Galerie Denise René, Paris
2016 Galerie SIMONCINI, Luxembourg
2016 Galerie Akié ARICHI, Paris
Expositions de groupe récents
1995 « Confrontation », Musée de Soissons, France
1997 Museum d’Hisoire naturelle, Paris
1997 FIAC, Galerie Denise René, Paris
1999 ARCO, Madrid, Espagne
2000 « Formes et Mouvements d’Art au XXe Siècle », Hommage
à Denise René
Expositions itinérantes dans 4 Musées au Japon
2001 « Formes et Mouvements d’Art au XXe Siècle »,
Galerie Hyunday, Corée du sud
2001 « Art Abstrait », Centre Atlantico de Arte Moderno, Les
Palmes de Grand Camaria, Espagne
2004 Musée Mirama, Zagreb, Croatie
2004 « SUR LA LIGNE », Musée Matisse, Château-
Camprésis, France
2006 « Quadrature du cercle », Galerie Denise René
2006 Centre d’Art à Berlin, Allemagne
2007 Foire à Cologne, Galerie La Ligne, Allemagne
2007 ART PARIS, Edition FANAL, Paris
2008 Galerie SIMONCINI, Luxembourg
2010 PARIS-BERLN, Galerie Sommer et Kohl, Berlin
2010 Galerie La Ligne, Zürich, Suisse
2010 « 1995-2010 », Musée de Soissons, France
2013 « HOMAGE TO DENISE RENE », Espace-
Expression, Miami U.S.A.
2014 Galerie Denise René, Paris
2016 Galerie Aller Simple, Longjumeau
2016 « TRANSPARENCE », Galerie Denise René
Depuis 1997 chaque années Foire à Bâle Suisse et
FIAC (-2013) à Paris stand de la Galerie Denise René.
Depuis 2007 Foire à Zürich, stand de la Galerie
La Ligne, Zürich Suisse
Collections publiques et privées
1982 CAC, Lyon, France
1982 YMCA, Tokyo
1983 FNAC, Ministère de la Culture, Paris
1985 CNAP, Ministère de la Culture, Paris
1986 CAC, Lyon, France
1989 PACA, Angers, France
1992 Fondation Balenciaga, Paris
1995 Musée de Soissons, France
2016 Musée Gravelines, Suisse
Réalisation d’oeuvres monumentales et commandes
publiques
1994 Groupe ARC UNION, Paris 9e arrondissement.
1995 RIVP, Ville de Paris, Paris 12e arrondissement.
2003 Séjour de 3 mois à la Fondation Josef Albers,
réalisation d’une vingtaine d’installations éphémères
dans la forêt sauvage, Connecticut, U.S.A.
Réalisation film documentaire
2015 « Sunagawa » 50 min, réalisateur : Pierre François
PROUTEAU, HIBOU PRODUCTION(SARL),
producteur : Jean Philippe RAYMOND

EXPOSITIONS : 27/10/2016-03/12/2016

cartons d'invitation

* cliquer sur l'image pour l'agrandir

ARTISTE
DATES DE L'EXPOSITION
27/10/2016-03/12/2016
DATE DU VERNISSAGE
JEUDI 27 octobre 2016 de 18h-21h


Katsuji Kishida est un sculpteur, né en 1937 à Tokyo, et installé à Paris en 1970. Ses sculptures ont une allure ascensionnelle et aspirent à la monumentalité, ramassées sur leur écorce crevassée et couturée, tressée de plaques parfois couronnées d’unités lamelliformes, arc-boutées sur une colonne vertébrale stabilisatrice: c’est toujours l’acier peint monochrome qui prête son épiderme fractionné aux combinatoires syncopées de KISHIDA. Entre ressacs structurels et géométrie régulatrice, tradition orientale et avancées occidentales, KISHIDA creuse sa propre route avec autorité, en traduisant ce qu’il ressent au plus profond de lui-même.

KISHIDA est sculpteur sur métal. La galerie présente une vingtaine de sculptures d'acier, bronze, inox. Sa fascination pour le métal et la flamme continue depuis plus de 50 ans. «  La couleur rouge des œuvres est voulue par Kishida. C’est la couleur de ce qui s’oxyde, couleur de la terre brune, du métal qui rouille et se décompose. Il y a chez l’artiste le refus affirmé d’utiliser l’inoxydable, signe pour lui d’un temps immobile, celui de l’éternité. Avec le rouge, au contraire, il interrompt le mouvement de la méditation zen et nous renvoie à la vision d’un état primordial de l’humanité, à un monde encore en-deçà du bien et du mal, où ne règnent que des processus naturels violents et où vivre et mourir ne sont qu’un seul et même phénomène.

l’artiste a introduit entre l’extérieur et l’intérieur vide des œuvres. Ce sont « les œufs du vent » nous dit-il, indiquant par là que cette vacuité dans laquelle le regard peut errer, est la seule façon de représenter l’existence d’une potentialité infinie, de germes donc, apportés par le vent auquel toutes les mythologies accordent un pouvoir fécondant, qu’il s’agisse du « souffle », du « pneuma » des stoïciens ou de l’«°esprit » dont parle Anaxagore ; germes où la vie sommeille encore, prise qu’elle est entre naissance et mort également possibles, et qui ne pourra se développer que par cette dialectique en triomphant de la pourriture. Enfin, voilà des œuvres fortement enracinées dans une pensée vitaliste et dans lesquelles on entend l’ample respiration de la nature, comme au premier matin du monde. » Extrait du texte de Fernand Fournier

EXPOSITIONS : 15 septembre - 23 octobre 2016

La vallée des papillons- livre bibliophilie

cartons d'invitation

* cliquer sur l'image pour l'agrandir

ARTISTE
DATES DE L'EXPOSITION
15 septembre - 23 octobre 2016
DATE DU VERNISSAGE
jeudi 15 septembre 2016
Présentation et dédicace du livre "La vallé des papillons", avec
des poèmes d'Inger Christensen et des oeuvres de Pierre Antoniucci,
éditions Arichi, 2016
La galerie présente des peintures, des sculptures et des dessins.

La galerie Akié Arichi est très heureuse de vous présenter les œuvres de Pierre Antoniucci qui est un artiste français. La galerie présente cet artiste pour la quatrième fois. Il est fils du sculpteur Volti. Il était professeur de l'école des Beaux Arts de Rennes et de Tours, il se consacre complètement en artiste. A cette occasion, la galerie présente son nouveau livre de bibliophilie «  La vallée des papillons » avec des poèmes d'Inger Chritensen (danoise) dans lequel ce livre présente un dessin original et sept sérigraphies pigmentaires de l'artiste à 25 ex, 2016, Editions Arichi.
Egalement, il présente une vingtaine de dessins sur le sujet du papillon  avec des fonds colorés, où surnagent des demi- mots, des lettres des poèmes de « la vallée des papillons » qui ont échappé aux recouvrements meurtriers. Mais quelques phrases émergent, semblant remonter à la surface pour respirer avant de sombrer de nouveau dans la couleur. Antoniucci a fait une sculpture comme le livre ouvert figuré pourrait ressembler à un papillon épinglé. «  La sculpture comme la forme au mur porte deux ocelles blancs et rayés de barres noires comme un soupirail. Ce sont des blancs d'œil rayés de codes barres. Elles sont construites l'une en deux et l'autre en trois dimensions. Ce sont les mêmes. Regardons la petite 3D se précipiter sur la grande 2D. Pour s'y dissimuler ? Pour s'entre- dévorer ? Je reconnais aux papillons des vertus mimétiques et des traits de cannibalisme. »